Le TDAH: une force à rééquilibrer

Résumé

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est actuellement essentiellement abordé sous l’angle du handicap à compenser. Travaillant depuis maintenant plus de dix ans auprès de jeunes affectés par cette problématique et de leur famille, l’auteur affirme que le TDAH n’est pas que handicap. Ce défi constitue une force à rééquilibrer. En effet les jeunes affectés d’un TDAH ont des frontières interpersonnelles très souples ce qui les rend particulièrement vulnérables à la décentration. Par ailleurs c’est cette même caractéristique qui leur permet de percevoir les atmosphères, d’avoir un processus de pensée très rapide soit la pensée par images cinq à sept fois plus rapide que la pensée linéaire verbale, de pouvoir penser aussi en dehors du cadre et de porter facilement un regard créatif sur les choses… L’approche proposée ici est fondée tant sur une grande expérience clinique que sur les plus récents développements de la recherche sur le TDAH, en neurosciences et en psychologie de la résilience. Cette perspective ne va aucunement à l’encontre du fait que le TDAH constitue un réel problème, ni ne nie l’existence d’un dérèglement physiologique bien ressenti chez la personne affectée par cette problématique. L’auteur adhère à la valeur du travail interdisciplinaire et c’est dans cet optique que son travail propose une nouvelle façon de penser le TDAH et présente de nouvelles pistes de solutions efficaces à investir.  Elle espère vivement qu’en plus de proposer de nouveaux moyens à explorer, son travail permettra d’ouvrir un nouveau courant de réflexion porteur d’espoir et de possibilités.